La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'EMPREINTE DE NOS BLESSURES FONDAMENTALES

Posté le 12/11/2018

Invitation au collage de ce mois.

 

Le Cercle est fermé , si bien que nous pouvons nous permettre d’aller plus loin dans le partage de qui nous sommes dans nos vulnérabilités et forces.

Suite au Cercle de Vendredi, il est fort possible que vos blessures vous taraudent consciemment ou inconsciemment. Que vous traversez des moments difficiles, que des souvenirs remontent à la surface, que des circonstances dans votre vie vous mettent face à l’une de vos blessures, que vous vous surpreniez agacée ( avec une colère qui remonte)…

Tout cela est normal, accueillez ! Là il n’est plus question de comprendre mentalement les émotions avec contrôle,  abandonnez-vous au sentiments : vous pourrez plonger dans la colère, la solitude, la terreur , l’abandon.

Il s’est trouvé pour moi que ce week-end avec mon chéri, spontanément je demandais :

« - Dis moi quelque chose de toi , que je ne connais pas de toi? »

Sans crier gare, la réponse est tombée. J’ai écouté mon bien aimé me parler de ses blessures d’enfance, doucement et longuement j’ai ouvert mon cœur , mon écoute et mes bras sur un petit garçon de 9 ans, sur l’homme de 51 ans . Sur ces blessures qui ont fait versé tant de larmes ( oui,  mon bien aimé est un homme qui pleure courageusement) et qui ont constitué sa force.

Et bien sûr la question fatale quelques moments plus tard : «  maintenant à toi, je t’écoute. »

 Me voilà prise à mon propre piège et plus question de m’échapper… bien sûr j’ai senti en moi, ce moment de vulnérabilité s’ouvrir,  j’ai écouté mon ressenti, accueilli comment c’est toujours un peu effrayant ( toujours cette peur de ne pas être aimée telle que nous sommes et surtout comme une honte face à nos manques, nos larmes, et notre humanité).

J’ai pris mon temps, pour respirer profondément, pour laisser monter la blessure qui me venait à l’esprit. Et presque en chuchotant, j’ai conté mon enfance, l’abandon de ma mère, ma quête pour la connaitre, et être aimée d’elle.  J’ai re- découvert ces années où je cherchais sa reconnaissance, je reconnaissais l’empreinte d’un père alcoolique, dépensier et violent , qui faisais trembler l’air à la maison. Puis l’adoption . Et après des années de soin, la reconnaissance non pas de ma mère mais d’une femme avec son histoire de femme blessée, qui avait enterré sa vie de femme, qui n’avait développé qu’un seul courage : exister pour ses enfants , et qui a choisi de s’enfermer dans une maladie d’Alzheimer à la fin de ses jours tant la douleur fut terrible, et qu’elle n’avait pas les moyens de faire face à elle-même.

Et puis , quelques heures après, j’ai vu le fil conducteur : la bénédiction de l’utérus ( avec comme méditation spécifique : Soigner la blessure de nos ancêtres) , un soirée de danse et de fête de Célébration de nos morts, où nous avions , mon chéri et moi choisi de dédier cette soirée à ce que nous voulions laisser mourir en nous pour naître à notre Amour,  le rituel que nous avons faits ensemble au bord du lac, la  préparation du Cercle, notre rencontre au Cercle, et cette discussion.

De toute évidence : c’était l’heure de se soumettre à plus de  vérité de ce que nous sommes. La soirée fut à la lumière de quelques bougies, où l’on parle tout bas et seulement de ce qui est important, l’heure  encore de ces larmes qui parlent, de douces étreintes sur ce qui est précieux , essentiel , et trouve dans la force du partage sa  Force de Vie et d'Amour.

 

Sisters, vous n’êtes pas seule, si vous recontacter un lieu innocent en vous, qui désire de l’amour et de la sécurité. Ces sentiments font couler des larmes d’affection dans lesquelles nous semblons « disparaitre » avec Acceptation, Pardon et Amour. Après avoir déversé vos douleurs : vous serez purifiées, renouvelées, et plus légères. A la fois ces sentiments sont pleins d’auto-responsabilité, et de compassion. Vous pouvez avoir l’occasion de comprendre votre rôle dans chaque conflit. Cela guérit vos relations et votre vie.

 

Pour aller plus loin , je souhaite vous accompagner pour aller plus loin pour celles qui le souhaitent, et vous invite à faire un collage de l’une de vos blessures.

 

Pour vous aider à découvrir Votre blessure de base et de démanteler votre système de croyances fausses.

 

 Matériaux:

 

- Je vous conseille d’investir dans un grand cahier ( plutôt qu’un petit carnet), inspirez-vous de Chloé.

Suivant son inspiration : collons une photo ; ou une image des partenaires qui nous ont le plus marqués, notez les prénoms, les dates, les blessures ,  les leçons retenues suite à cette rencontre

- Votre Journal , votre magazine ( prévu pour les collages de l’année) , des images  de magazines, de quoi coller

 

Méthode: Ecriture puis Collage

Quelle est la blessure primaire qui soutient  vos comportements négatifs?

Collage de l’une de vos blessures dans vos relations amoureuses et/ou

Reconnaître vos blessures de base

 

L'empreinte de votre blessure fondamentale

 

Les blessures de base sont des blessures qui se sont produites dans l'enfance. Ce sont des blessures qui surviennent lorsque l'on ne s'occupe pas correctement d'un enfant en raison de la négligence, de l’impossibilité, de l'abus ou de la maltraitance. Les parents peuvent endommager l'essence même de leurs enfants sans même le savoir. Certains parents sont déficitaires dans leurs propres besoins et sont incapables de donner à leur enfant, ils font ce qu’ils peuvent. En fait, la façon dont notre culture élève les enfants entraîne de toute façon beaucoup de blessures parmi nous tous. Tout le monde a des blessures profondes à un certain niveau

La blessure au centre est ressentie comme une douleur profonde due à un besoin non satisfait de développement de l'enfant. Cette douleur est déclenchée dans les situations où vous rencontrez une situation ou une dynamique similaire. C'est la substance profonde qui fait surface lorsque vous faites face à des pertes difficiles dans la vie. C'est la douleur qui est sous la douleur. L'émotion qui alimente toutes les émotions. C'est la douleur qui pousse quelqu'un à boire, à fumer, à prendre de la drogue, à jouer, à faire du shopping sans limites,  ou à créer une relation de dépendance.

Les blessures profondes comprennent le rejet, l'abandon, la trahison, la perte, l'injustice et autres. Lorsque nous ne répondons pas à nos besoins en tant qu'enfants, nous subissons la blessure au centre de notre être et nous éprouvons une honte toxique. Nous croyons que parce que nous avons été rejetés ou abandonnés ou que nous avons perdu un parent ou un ami, nous sommes mauvais. Nous transformons la maltraitance externe en interne et sur nous-mêmes. La blessure produit des croyances. Ces croyances sont ce qui perpétue la blessure encore et encore jusqu'à ce que nous mourions ou que la blessure soit guérie.

Nous avons tendance à faire n'importe quoi pour éviter nos blessures profondes, nous nous  dissocions souvent du traumatisme dans le but de nous protéger de l’impact de la douleur, de la perte, du chagrin, … A court-terme, ce mécanisme de survie peut être utile, mais très destructeur à long terme.

 Lorsque nous agissons à partir de  notre douleur de base, nous sentons notre énergie perdre son  centre d'une manière qui est prête à compromettre notre authenticité. Ce geste marque le besoin anxieux, de plaire aux autres et de  « gagner de l'amour. »

Ces voix à la fois dans votre esprit subconscient et conscient répètent encore et encore d'innombrables façons tout au long de votre vie, à moins qu'ils ne soient guéris. Vous allez vous retrouver dans des scénarios encore et encore qui prouvent que vos fausses croyances sont vraies. Et cette dénégation mentale continue silencieusement de guider nos vies, nos émotions, nos expériences et nos choix à chaque instant, et dans chaque relation.

 

Guérir les blessures du centre exige beaucoup de travail : beaucoup de destruction personnelle et de reconstruction. Au centre de la blessure, vous trouvez les parties de vous-même dont vous avez besoin pour arrêter la blessure. Ces parties de vous sont gelées et bloquées dans une centrifugeuse de douleur, de honte, de colère, de rage, d'humiliation, de rejet et de haine de soi. Cette blessure se perpétue à travers votre corps, votre cœur, votre âme et votre esprit. Cette blessure affecte vos perceptions, vos sentiments, vos comportements et votre vie. Elle se reflète également sur le plan physique par la façon dont nous traitons notre corps, nos déséquilibres structurels, nos réactions posturales, le type de maladie que nous manifestons quand notre corps et nos émotions sont en déséquilibre.

Toucher l’empreinte profonde de ce traumatisme , les amener à la lumière de la vérité et s’abandonner à ces sentiments douloureux auxquels nous avons résisté, puis faire disparaître tout le mal en s’ouvrant à l’amour, être rassurés que nous sommes en sécurité et pris en charge par la Divine Mère , entraîne une guérison profonde. C’est une récupération de notre âme.

C’est travailler avec sa grotte Sacrée. ( Hara chez les hommes). Il s’agit de cette zone où résident notre puissance, notre innocence et notre connaissance primitive originelle. C’est la zone pure en nous qui reste de façon permanente branchée à la Source Divine de la Création. C’est notre propre centre créatif : notre lieu de Ressources.

Notre bol Sacré c’est aussi l’énergie vitale qui imprègne tout organisme vivant : cette divine étincelle de vie qui maintient l’essence de notre âme. Lorsque nous sommes en phase avec ce flux de la vie, nous devenons magiques, rayonnantes et dans la Joie. Nos corps contemplent une incroyable vitalité et une aisance, nous ressentons la vie comme un plaisir extasié.

 

 

Si vous voulez guérir, vous devez aller dans l'œil de la tempête.

 

 L’étape  1 est de ressentir à nouveau l’émotion, le traumatisme : étape  nécessaire.

 

Lorsque nous faisons « trop » de choses pour  enjoliver, ou soi-disant être  positive… nous faisons Tout  pour éviter de sentir notre blessure de base.  Les croyances fondamentales négatives sont difficiles à trouver parce que nous les couvrons avec des comportements opposés vertueux que nous avons tendance à enjoliver.

Les blessures profondes sont les mensonges qui disent :

 

 

1. Il doit y avoir quelque chose de mal avec moi

2. Je suis indigne, je ne vaux pas que  – je ne mérite pas que…

3. Je suis incompétent – je ne suis pas capable de…

4. Je suis inadéquat - « incompris » - j’agis « comme si » j'ai tout compris.

5. Je n'existe pas - « invisible » - je ne suis pas importante

6. Je suis seul - j’agis « comme si » j’ai beaucoup de connexions, un grand réseau  de relations

7. Je suis incomplet - j’agis « comme si » Je suis heureux et que je profite d’ une grande variété d'expériences.

8. Je suis impuissant - j’agis « comme si » j'ai une puissance incroyable.

9. Personne ne m’aime –je ne suis pas aimable comme je suis

10. Je suis fou - j’agis « comme si » je suis clair, sain et approprié.

11. Je suis dangereux - j’agis « comme si » je suis sûre et peut interagir avec  les autres en toute sécurité.

12. Je suis hors de contrôle - j’agis « comme si » je peux  tout  contrôler.

13. Je suis inférieure à …

 

Rédigez votre message spécifique, intérieur commun dans votre journal. Si c’est une autre blessure : rédigez la vôtre.

D'autres déclarations de blessures de base pourraient être du domaine de la crainte:

« Le monde est dangereux, on ne peut pas faire confiance à un homme, aucune relation n’est sécurisante, tu ne peux compter que sur toi-même, il y a toujours une « merde » dans une relation, la vie est difficile, l’amour n’existe pas  »….

Trouvez vos propres mots ce que vous ressentez.

Suivez vos émotions .

 

Regardez les blessures de base et les « comme si » des déclarations énumérées ci-dessus. Sentez dans les mots pour voir ce qui  vrai pour vous. Voir que les mots résonnent émotionnellement avec votre douleur émotionnelle « signature ». Quels sont ces mots qui  viennent sans cesse dans votre vie intérieure et extérieure?

Votre noyau  de blessure aura une forte charge émotionnelle attachée à elle. Vous pouvez vous sentir avec un  mal à l'estomac. Vous pouvez ressentir une grande peur, de l'aversion, ou une tristesse insupportable , vous sentir limitée …

Restez avec ce processus avec curiosité, si vous le pouvez.

Comprendre que votre blessure de base vous aidera à devenir plus conscients de ce qui motive la plupart de vos comportements inutiles et malsains.

 

Dans votre journal, écrire la déclaration qui a la plus forte « charge émotionnelle ». Voyez où cette émotion négative de base se manifeste à l'intérieur de votre corps.

Se familiariser avec l'emplacement émotionnel qui a somatisé dans votre corps afin que vous puissiez le remarquer plus tôt, et lui donner l'attention dont il a besoin d'amour.

 

Nos défenses contre la connaissance de notre blessure primaire de base sont souvent complexes. Même si nous pouvons identifier avec bon nombre de déclarations la plaie de base ci-dessus, nous nous concentrons souvent sur un moins douloureux problème « distrayant » pour compenser contre expérience de l'intensité de notre blessure de base.

Si, par exemple, vous pensez que votre blessure de base est « il doit y avoir quelque chose de mal avec moi - je suis imparfaite » vous demander: « Quel mal y a-t-il d’être imparfaite? » ou « Quel est le pire qui puisse m’ arriver si je suis imparfaite? ou « Quelle est  la peur sous cette expérience d'être imparfaite? »

Le noyau le plus profond de l'imparfait étant peut-être la crainte de ne pas être aimé. Ou, peut-être la peur d’éprouver la douleur d'être seul. Dans ce cas, votre blessure plus profonde sera alors « Je ne suis pas aimée, pas aimable » ou « Je suis seul. »

 

 

Lorsque nous éprouvons des émotions douloureuses, il est difficile de se stabiliser dans nos sentiments innés de plénitude / essence / « tout va bien. » Notre matériel émotionnel et psychologique non traité va nous tirer de notre état de bien-être dans une réaction émotionnelle déclenchée. Jusqu'à ce que nous sentions et comprenions nos hypothèses de base erronées, nous continuerons  à se sentir limités et rares de joie et d'inspiration.

Alors que nous retraçons nos émotions difficiles du passé et trouvons le courage de rester dans la douleur de notre blessure de base, nous allons commencer à voir la racine de nos croyances négatives qui sont à l’origine de  nos comportements négatifs et de nos répétitions. Nous commençons  à  accepter notre blessure de base, et à ressentir sa douleur  sans essayer de se débarrasser de lui, notre manque de résistance finira par perdre leur pouvoir de contrôler négativement notre vie.

 

L’étape 2 :

Dans votre journal, écrire l'histoire la plus convaincante qui vous vient à l’esprit où vous sentez que cette blessure de base a généré. Et faire un collage en connexion intérieure avec cette blessure.

 

 Ecrivez spontanément pendant au moins 5 à 10 Minutes .

Voici quelques questions à explorer, même si vous ne voyez pas le sens à vos écrits.

 

-          L’éducation que j’ai reçue en tant qu’enfant était …

-          Quels étaient les sensations de votre mère (selon vous)  alors que vous étiez enfant, (Cela peut être un parent adoptif, une tante, la personne qui vous a élevé) ?

-          Quels étaient les sensations de votre père (selon vous) alors que vous étiez enfant ?

 

En réponse à cela

 

-          Je suis capable de faire confiance aux autres quand…

-          Je suis incapable de faire confiance aux autres quand

-          Mon dernier compagnon, petit ami était différent de mon père , ou de ma mère en …

-          Mon dernier compagnon, mon petit ami est similaire à mon père ou ma mère en …

-          Les similitudes entre la qualité de ce que j’ai reçu enfant et ce que j’ai reçu ou ce que je reçois aujourd’hui dans ma relation sont…

-          Quels messages ( verbal ou non verbal) ai –je reçu des autres de moi, enfant ?

-          Quelles croyances avait ma mère à propos d’elle-même ou le monde que j’ai adoptées ?

-          Quelles croyances avait mon père à propos de lui ou le monde que j’ai adoptées ?

-          Si je suis célibataire, ou en couple et m’interroge sur mon couple : quel sens ca a pour moi, ici et maintenant que je sois célibataire ou dans cette relation ?

-          Je suis…

-          La vie est…

-          Le monde est…

-          Les hommes sont…

-          Les femmes sont…

-          Quelle est la grosse déception que j’ai vécu enfant ?

-          Qu’en a- ’je conclu de cette déception sur le monde ou sur les autres personnes ?

-          Quelle évidence pouvez-vous énumérer  qui fait que  cette croyance négative par ex :  «  je  ne suis pas aimable, personne ne peut m’aimer comme je suis » ne puisse être vraie

 

 

Ecrivez votre histoire sur votre blessure fondamentale, concentrez votre expérience intérieure sur ce qui vous  tracasse. Détaillez tous les événements et les gens qui sont actuellement en cause,  demandez-vous: « Quel est le pire dans tout cela? ». Lorsque vous arrivez à la « base » des croyances qui animent la douleur de base, vous pouvez avoir  envie de pleurer. Pleurez !

 

Qu'est-ce que vous ne voulez pas le sentir? Explorez !

Au fond de toutes nos histoires négatives, Il y a habituellement une croyance fondamentale qui tire sur la chaîne de nos associations négatives et « écrit » toutes nos histoires de prescription.

Écrivez votre douleur la plus profonde dans votre journal

 

 

1. Devenons propriétaire de notre blessure du  coeur / notre  honte secrète.

2. Quel qu’il soit, sentons le et observons ce  quelque chose que nous ne voulons pas ressentir, penser ou croire de  nous-mêmes..

3.. Voyons comment nous regardons le monde à travers cette croyance négative. Commençons le processus de remarquer lorsque la douleur de base devient actif dans notre vie quotidienne.

4 Apprenons à connaître et trouvons où il vit dans notre corps.

5. Faites en un collage. Double page d’un magazine.  Ce collage n’a pas à être beau, collez   les images  qui vous parlent, même sans en comprendre pleinement le sens.

Votre collage fait : prenez le temps de faire une lecture de votre collage.  Cette lecture est importante, elle peut vous apporter des éléments, une meilleure compréhension.

 Datez. Notez votre ressenti sans jugement.  Embrassez-vous de compassion !

 

mandaladefemmes.commandaladefemmes.com

 " A l'aide, je ne peux pas parler, je ne peux pas bouger, je ne suis qu'une enfant!"

 

mandaladefemmes.commandaladefemmes.com

" Je vais me faire petite, invisible, de toute façon je ne compte pas, on ne me voit même pas"

 

 mandaladefemmes.commandaladefemmes.com                      Entre père et mère

 

6. Une fois que nous aurons mentalement identifié nos motifs en toute honnêteté, et que nous aurons le désir d’en être guéris, nous aurons ensuite besoin de dégager l’énergie. Cela crée des changements, génère le feu de la Kundalini. Il s’agit de notre Shakti – « Force de la Vie », notre vitalité, notre énergie sexuelle, notre courage, notre passion, notre créativité, notre puissance personnelle.

Nous pouvons y parvenir en pénétrant dans nos sentiments refoulés tout en dégageant cette énergie bloquée ( à travers la danse, les mouvements, les sons, les rapports sexuels conscients, les voyages chamaniques…)

Cela nous éveille, révèle les désirs du cœur, nous remplit de joie, d’un but et d’un enthousiasme renouvelés.

 

Faites circuler l'énergie de la Terre , faites la monter jusqu'à une étoile au dessus de votre tête, demandez de l'aide, inspiration, d'être guidée, et laisser votre souffle redescendre, cascadez tout au long de votre corps et rejoindre l'énergie de la Terre. Placez vous dans cet espace d'amour au centre de votre grotte Sacrée.

 

Be blessed.

Avec tout mon amour.